L’efficacité rhétorico-pragmatique du discours ironique dans le « cahier d’un retour au pays natal » d’Aimé Césaire

Par Rolland D. Mpamé — Littératures francophones et ironie

1Dans le répertoire des actes locutoires formant la trame linguistique du discours littéraire chez Aimé Césaire, figure, en bonne place, la capacité du sujet parlant d’utiliser le phénomène fortement hétérogène de l’ironie. Selon qu’on l’aborde suivant un mode philosophique, rhétorique ou linguistique, en se demandant notamment s’il s’agit d’un trope, d’une mention2, d’un paradoxe3, d’un acte polyphonique4, etc., l’ironie fait l’objet de nombreux travaux qui mettent en lumière plusieurs ambiguïtés et malentendus conduisant parfois à entretenir le flou théorique de la notion, plus qu’ils ne favorisent la délimitation précise de ses frontières sémantiques. Quoi qu’il en soit, chez le poète martiniquais, l’énonciation ironique charrie le rejet, la rupture, la dérision, la critique et la prise de distance ; autant d’attitudes ayant pour objectif de dénoncer l’étiquetage racial constitué de préjugés et stéréotypes à l’égard des Noirs. Aussi, l’invective haineuse et l’injure disqualifiante qui ouvrent le Cahier d’un retour au pays natal5, sur fond de conflit des valeurs morales et culturelles, se feront-elles, par endroit, moins explicites et plus détournées grâce aux stratégies énonciatives subtiles de l’ironie. L’analyse de ces stratégies vouées au combat d’idées que le locuteur mène sur le terrain du langage6 est une méthode heuristique intéressante pour mesurer les effets du détour langagier sur les allocutaires. Les séquences textuelles choisies dans le Cahier pour la présente étude seront analysées suivant une approche descriptive qui tentera de rendre compte du dispositif discursif de l’ironie mis en œuvre par Aimé Césaire dans son poème.

Un « MERCI » « en lettres d’or » dans un coin de misère épouvantable

Dans la succession des séquences descriptives qui composent la première grande partie du Cahier, le poète présente, sous des aspects variés, le paysage sociologique, moral et physique des Antilles plongées dans une misère et une détresse particulièrement rebutantes. La série des tableaux qui défilent comme un panorama des îles, s’achève par la présentation pathétique de « la rue Paille7 », précédée de la description d’« une maison minuscule qui abrite en ses entrailles de bois pourri des dizaines de rats.8 ». La description – riche en détails et quasi picturale – de la maison familiale met en lumière la terrible misère matérielle des habitants, ainsi que la détermination des parents à assumer, à la limite de l’épuisement et de l’angoisse, la responsabilité de la survie de leurs sept enfants, dans un climat de tension psychologique palpable. Cette mise sous les yeux s’achève par le regard que l’auteur pose sur « le lit de [sa] grand-mère9 », et qui met le lecteur en face d’une situation pour le moins inconvenante :

[…] Et le lit de planches d’où s’est levée ma race, tout entière ma race de ce lit de planches, avec ses pattes de caisses de Kérosine, comme s’il avait l’éléphantiasis le lit, et sa peau de cabri, et ses feuilles de banane séchées, et ses haillons, une nostalgie de matelas le lit de ma grand-mère (au-dessus du lit, dans un pot plein d’huile un lumignon dont la flamme danse comme un gros ravet… sur le pot en lettres d’or : MERCI)10.

En fait de lit, il s’agit d’un grabat désolé dont chaque détail reflète l’état de paupérisation de la société, et cache, en filigrane, une critique acerbe contre l’entreprise coloniale française et la politique dite humaniste qui s’y attache, parce qu’elles s’attèlent à maintenir les populations des îles conquises hors des conditions acceptables de bonheur matériel11. La description que le locuteur fait du meuble éclipse pratiquement les fonctions de repos et de sommeil généralement assignées au lit, pour mettre en avant les notions de fécondité et de descendance, en lien avec la naissance de sa « race ». Le vocabulaire à charge émotionnelle servant à dépeindre le meuble s’appuie sur la métaphore animale et les images morbides qui révèlent, par réfraction diffuse sur les personnages et les objets, les conséquences du discours réifiant tenu par la puissance coloniale à l’égard des Noirs : « Et ce pays cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ; que les pulsations de l’humanité s’arrêtent aux portes de la négrerie […]12. » L’introduction des parenthèses, à la fin du texte cité plus haut, induit le phénomène de la superposition des instances locutoires, par le profilage d’une autre voix qui instaure une sorte de recul réflexif à l’égard de la scène décrite.

Il y a, en effet, sous le regard de l’auteur, et partant, celui du lecteur, un télescopage de deux réalités manifestement antithétiques : l’état de misère rebutante du grabat, et celui de l’inscription en « lettres d’or » sur la lampe placée « au-dessus du lit », du mot « MERCI ». Ce mot retient l’attention du lecteur du fait de sa typographie en capitales d’imprimerie qui lui donne du relief et provoque un effet de surprise et de curiosité dans ce décor miséreux. Les deux réalités antithétiques, matérielle et sentimentale – misère/or ; révolte/gratitude – qui se côtoient dans cet espace créent une situation pour le moins incongrue : c’est l’ironie situationnelle, habituellement qualifiée « d’ironie du sort ». De fait, la présence du mot « MERCI » sur le pot ressemble à un appel discret que le « sort » adresserait à l’utilisateur du bougeoir pour lui suggérer des sentiments de gratitude à l’égard de ce dispositif d’éclairage domestique pour le moins dérisoire. Malheureusement, l’environnement dans lequel la reconnaissance est réclamée baigne dans une misère plutôt propice à la révolte. Cette mise en scène discursive, assez subtile de la part de l’auteur, est une stratégie de communication qui vise à attirer l’attention du lecteur sur le décalage entre deux réalités générant l’incongruité ; ce décalage donne à réfléchir sur la problématique des idéologies politiques en relation avec la vie concrète des individus dans la société. Et c’est par une démarche volontairement pragmatique visant à concilier discours politique et vie sociale que Césaire écrit, dans sa Lettre à Maurice Thorez : « Ce que je veux, c’est que marxisme et communisme soient mis au service des peuples noirs, et non les peuples noirs au service du marxisme et du communisme. Que la doctrine et le mouvement soient faits pour les hommes, non les hommes pour la doctrine et le mouvement13 »

L’ironie césairienne, à forte référence politique, permet au poète de montrer et de dire avec force, dans son discours poétique, ce qui n’aurait été que faiblement pris en compte par le discours social. Quand, plus loin, le locuteur déclare : « Je pavoiserai de reconnaissance mon obséquiosité naturelle […] lyrique babouin entremetteur des splendeurs de la servitude14 », n’affirme-t-il pas exactement le contraire de ce qu’il pense, dans le but précis de dénoncer l’inadmissible domination des hommes sur d’autres hommes ? Ici, en tout cas, cette posture locutoire s’inscrit dans une pragmatique purement littéraire, c’est-à-dire par la polarisation d’une parole comme action sur la situation socio-politique problématique, et qui trouve une esquisse de solution dans le champ ouvert par l’énonciation littéraire. De ce point de vue, on touche à un des aspects du pouvoir symbolique de la littérature dans la société. Chez Césaire, comme on va le voir par la suite, l’ironie déjoue un ensemble de règles de communication, et permet la transmission d’un message par un détour surprenant de la parole sur l’ironiste lui-même. C’est par le contraste qui s’établit entre la richesse et la pauvreté que le locuteur use d’une stratégie ironique basée sur l’autodérision.

De l’autodérision en régime sarcastique

L’élargissement de la définition de l’ironie envisage ce discours comme un acte de parole dans lequel on fait entendre, non plus spécifiquement l’inverse de ce que l’on pense, mais autre chose que ce que disent les mots15. L’inconvénient pour une telle perspective est qu’elle s’applique à la quasi-totalité des formes de langage non-littéral, comme c’est le cas pour la métaphore. Le langage est dit non-littéral parce que ce qui est dit dans l’énoncé traversé par l’ironie diffère de ce qui est signifié dans le contexte de production dudit énoncé. La compréhension de l’ironie constitue ainsi une énigme où aucun code ne relie conventionnellement le dit au signifié dans le langage. Dans cette perspective, le locuteur du Cahier fait fonctionner la mécanique ironique sous l’aspect d’une stratégie offensive, en introduisant, par exemple, le sourire moqueur dans une thématique pourtant grave :

Et je me dis Bordeaux et Nantes et Liverpool et New York
et San Francisco
pas un bout de ce monde qui ne porte mon empreinte
digitale
et mon calcanéum sur le dos des gratte-ciel et ma crasse
dans le scintillement des gemmes !
Qui peut se vanter d’avoir mieux que moi ?
Virginie. Tennessee. Géorgie. Alabama16.

Si on l’appréhende seulement sous l’angle d’une stratégie énonciative destinée à disqualifier le point de vue de l’allocataire, son système de pensées et son échelle de valeurs, le phénomène de l’ironie n’est pas directement perceptible dans l’extrait ci-dessus. Mais la décision de le lire comme acte ironique se justifie par le rapport de décalage entre le discours tenu par le locuteur et le contexte de production de l’œuvre. Ici, des facteurs extérieurs influent nécessairement sur la réception, historiquement et socialement déterminée : l’ensemble discursif est construit selon l’idée que l’on se fait de la situation socio-historique de l’auteur. L’acte ironique se présente alors comme une stratégie rhétorique à visée argumentative pouvant s’adosser à des éléments bien variés de la situation de communication : la nature de l’objet invoqué, la personne responsable de l’énoncé, etc. La mise en relief d’un décalage entre le tout ou une partie de ces éléments et le choix des mots constitue la preuve que les paroles disent quelque chose de bien différent.

Sur le mode réflexif « Et je me dis », posture locutoire convenue pour s’adresser à soi-même, le locuteur énumère les noms des villes historiques réputées pour avoir été des points de vente ou de chute d’esclaves. Dans le but de raviver sa mémoire aux réalités qu’il dénonce, il esquisse une sorte de carte géographique du « pays de souffrance17 ». Ces lieux historiques de la traite des esclaves font office de stations sur l’itinéraire que le sujet parlant emprunte pour ce voyage dans l’imaginaire, à connotation initiatique, comme pour se guérir des blessures de l’histoire. Ce sont des lieux représentatifs de l’Occident que le locuteur revendique comme lui appartenant. Mais le locuteur-bâtisseur des cités et des villes occidentales sait très bien qu’il descend des « sales nègres18 » dont la « crasse » est supposée faire briller la matière fine, transparente et précieuse des gratte-ciel, et participer, assez paradoxalement, à l’éclat des bâtiments : « ma crasse dans le scintillement des gemmes ! ».

La formule, au-delà de l’antithèse qu’elle représente en tant que figure d’opposition, prend une tournure ironique dès lors qu’on se rappelle que le terme « crasse » est une réminiscence de l’injure « sales nègres ». L’expression empruntée au discours véhiculé par l’énonciateur responsable du propos est revendiquée par le locuteur qui refuse d’en assumer la responsabilité ; c’est une preuve, par l’absurde, que la matière abjecte du Nègre participe désormais au rayonnement de l’Occident. L’exclamation qui ponctue la parole ironique est la marque formelle du sentiment d’étonnement face à un tel retournement de situation, comme l’illustre également cette interrogation qu’on pourrait qualifier de « rhétorique » : « Qui peut se vanter d’avoir mieux que moi ? » Les villes et les États cités font partie du paysage dont le locuteur est loin d’être le propriétaire ; mais il le revendique par autodérision. Ce discours railleur tourné vers soi-même pose le problème moral de l’intention du locuteur et de la cible réelle de l’ironie. Au regard de la dimension rhétorique du discours ironique en tant que parole offensive destinée à agir sur l’autre, l’acte moqueur tourné vers soi-même ne cible-t-il pas finalement l’énonciateur ? Cette moquerie feinte n’est-elle pas une technique locutoire qui viserait à transgresser les normes de la communication linguistique ? En effet, le discours railleur du locuteur intrigue par la revendication d’un bien dont on sait qu’il ne lui appartient guère, mais qui rappelle subtilement le tort que ce dernier aura subi dans l’histoire. Le problème de la sincérité en rapport avec l’acte ironique se pose ici. Les conditions de sincérité impliquées dans et par tout acte de parole obéissent à une convention sociale de sincérité nécessaire à toute communication intersubjective. Le locuteur transgresse ladite convention et, parfois, fait semblant de rejeter des faits historiques réels, pour mieux les revendiquer, par un raisonnement dialectique sous-jacent.

Faux rejet de la réalité et revendication simulée de l’ombre

La thématique du déracinement et celle de l’enracinement exprimées au travers du symbolisme végétal dans l’œuvre de Césaire, et où l’arbre occupe une place essentielle, est une des pistes de lecture les plus fructueuses de la création verbale du poète martiniquais, et sont en lien avec la mémoire collective et l’histoire des peuples des îles des Caraïbes. Y sont très souvent convoquées l’Afrique comme point de départ de la grande errance et les Antilles comme point de chute et point de départ d’un autre voyage – dans l’imaginaire. Face au drame de la déportation et de la colonisation, la tentation aura toujours été très grande pour les Antillais d’accepter qu’ils viennent de nulle part, et que leur avenir reste à jamais incertain. Voici, à titre illustratif, un de ces « moments » saisissants du Cahier :

Non, nous n’avons jamais été amazones du roi du Dahomey, ni princes de Ghana avec huit cents chameaux, ni docteurs à Tombouctou Askia le Grand étant roi, ni architectes de Djenné, ni Madhis, ni guerriers. Nous ne nous sentons pas sous l’aisselle la démangeaison de ceux qui tinrent jadis la lance. Et puisque j’ai juré de ne rien celer de notre histoire (moi qui n’admire tant que le mouton broutant son ombre d’après-midi), je veux avouer que nous fûmes de tout temps d’assez piètres laveurs de vaisselle, des cireurs de chaussures sans envergure, mettons les choses au mieux, d’assez consciencieux sorciers et le seul indiscutable record que nous ayons battu est celui d’endurance à la chicote19

Les deux interprétations envisageables ici tiennent leur logique des modalités négative et affirmative des phrases qui structurent l’argumentation. D’abord, la protestation vigoureuse du locuteur à l’égard des Antilles auxquelles il refuserait le bénéfice des grandes figures politiques et scientifiques de l’histoire de l’Afrique ; ensuite, le dénigrement de l’histoire antillaise qui se résumerait à un petit peuple assujetti à la simple exécution des tâches subalternes, aux croyances obscures et aux sévices corporels liés à la condition d’esclave. La rupture avec l’Afrique pourrait bien s’adresser à deux instances précises : d’abord, à une partie de l’opinion antillaise qui serait fière de tirer gloire de son ascendance africaine ; ensuite, à l’imagination du locuteur qui serait tenté lui-même de trouver refuge dans le passé glorieux de l’Afrique, en raison du naufrage identitaire menaçant. Cette dernière hypothèse semble plausible à la lecture de la phrase qui précède notre texte : « Et je ris de mes anciennes imaginations puériles20. » Prise littéralement, la parole du locuteur n’aurait rien à voir avec l’acte ironique, sauf que la forte caractérisation du texte invite à explorer l’axe théorique proposé par Georges Molinié :

L’ironie est une figure de type macrostructurale, qui joue sur la caractérisation intensive de l’énoncé : comme chacun sait, on dit le contraire de ce que l’on veut faire entendre. Il importe de bien voir le caractère macrostructural de l’ironie : un discours ironique se développe parfois sur un ensemble de phrases parmi lesquelles il est difficile d’isoler formellement des termes spécifiquement porteurs de l’ironie (mais en cas d’antiphrase cela est possible)21.

Le ton qui accompagne la caractérisation des substantifs, la restriction des syntagmes nominaux par l’adjonction de l’adverbe « assez » (« d’assez piètres laveurs de vaisselle », « d’assez consciencieux sorciers »), la charge négative des expressions utilisées, dont l’apodose est : « des cireurs de chaussures sans envergure », sont autant d’indices du discours dénigrant qui infléchissent cet énoncé vers le discours ironique. La dernière partie qui qualifie de record ce qui n’en est pas un, exemplifie cette ironie22. Au fond, l’énoncé ironique véhicule un préjugé tenace : « Les Nègres sont une race sans passé et donc sans mémoire historique ». Bien qu’étant convaincu du contraire, le locuteur feint d’assumer le point de vue de l’énonciateur, en même temps qu’il met en scène le ridicule de sa pensée. On est vraisemblablement en présence du phénomène de la superposition des instances locutoires dans un même énoncé. Selon Ducrot, en accomplissant un acte ironique, le locuteur fait entendre la voix d’une autre personne, en présentant la position de cette dernière comme absurde. Le phénomène polyphonique de l’ironie que le linguiste théorise est une stratégie discursive à vocation argumentative qui s’accompagne, chez Césaire, de la volonté de rendre moins littérale la communication. En effet, c’est quand on inscrit cet énoncé dans la pensée globale du poète que sa tournure ironique devient évidente, par effet de contraste.

Le décalage entre la pensée réelle de Césaire et le discours tenu par le locuteur sur l’histoire antillaise est une stratégie proprement argumentative à visée pragmatique consistant à faire semblant d’accepter le déni d’histoire, pour mieux mettre en lumière ses revendications. Sur le plan pragmatique, l’ironie donne plus de force à un propos précis ; le détour par ce procédé permet de dire une évidence en l’accompagnant de l’effet de pathos. Par le dévoilement de l’opération ironique, le sens véritable du texte s’actualise par la mise en relief de son contenu profond. Quelques pages plus loin, le poète revendique, pour le compte de la Martinique, le passé de l’Afrique :

Je tiens maintenant le sens de l’ordalie : mon pays est la « lance de nuit » de mes ancêtres Bambaras. Elle se ratatine et sa pointe fuit désespérément vers le manche si c’est du sang de poulet qu’on l’arrose et elle dit que c’est du sang d’homme qu’il faut à son tempérament, de la graisse, du foie, du cœur d’homme, non du sang de poulet23.

La contradiction de cet énoncé avec le précédent n’est que potentielle, mais son pouvoir persuasif bien réel ; psychologiquement, le locuteur est revenu à lui-même. Le mot « ordalie », forcément connoté dans ce passage, reçoit son nouvel éclairage sémantique par la présence de l’adverbe « maintenant », et des deux points servant à expliciter la pensée du locuteur. Selon le Dictionnaire Hachette, en effet, l’ordalie est une « épreuve judiciaire dont l’issue, réputée dépendre de Dieu ou d’une puissance surnaturelle, établit la culpabilité ou l’innocence d’un individu24. » L’esclavage et la colonisation ont été de rudes épreuves que l’Afrique a traversées ; mais, pour désastreuses qu’elles furent pour des milliers d’hommes et de femmes, elles se sont soldées par la libération spirituelle de leurs descendants : la prise de conscience de leur identité de Nègres. Par l’usage du langage poétique, Césaire tire profit desdites épreuves dans l’optique d’une transformation intérieure personnelle et libératrice. L’agir de la parole sur la situation et sur soi est avéré : au terme de l’ordalie dont le locuteur dit tenir « maintenant » le sens, le sujet parlant révèle sa pensée profonde : la fierté qu’il a d’être d’origine africaine. Le deuxième énoncé est donc dialectiquement le produit d’un processus psychologique : par une opération rhétorique proprement illocutoire, le locuteur fait passer l’implicite du premier énoncé au statut de sens littéral véritablement assumé, dans le second. Ainsi, alors qu’il venait de dire : « Nous ne nous sentons pas sous l’aisselle la démangeaison de ceux qui tinrent jadis la lance », il affirme par la suite : « mon pays est la“lance de nuitˮ de mes ancêtres Bambaras ». Pour lui, la Martinique est la « lance de nuit » de ses « ancêtres Bambaras », exaltée pour sa bravoure guerrière. Par une stratégie discursive qui sied difficilement à ce type de discours, Césaire exprime sa conviction : les Antilles sont un prolongement naturel de l’Afrique, de son histoire et de sa mémoire.

Dans une perspective rhétorique, la protestation relevée plus haut tient de la négation polémique et de la litote ; c’est une stratégie discursive destinée à amplifier ce que le locuteur semble nier. Les expressions laudatives attachées à la particule morphosyntaxique de la négation (« n’… jamais »), reliées entre elles par la conjonction « ni », s’appréhendent alors comme une revendication et une apologie du passé du peuple noir des Antilles. On a donc affaire à un faux rejet du passé de l’Afrique, et un choix simulé qui inscrit l’énoncé dans le paradigme ironique « du faux-semblant allusif » théorisé par Sachi Kumon-Nakamura, Sam Glucksberg et Mary Brown25. La tournure ironique du discours devient évidente avec ce sarcasme : « Et puisque j’ai juré de ne rien celer de notre histoire (moi qui n’admire tant que le mouton broutant son ombre d’après-midi)… ». La formule entre parenthèses, quelque peu énigmatique, serait synonyme de l’expression lâcher la proie pour l’ombre, autrement dit, le fait de se détourner d’« un avantage réel pour un faux-semblant26 ». Le rejet apparent des grandes figures du passé de l’Afrique, puis la revendication d’une vie de médiocrité, sont les deux traits mis en œuvre par le locuteur. Cette stratégie n’est pas simplement celle de l’éloge voilé du passé africain des Antilles ; elle s’appuie sur un contraste entre ce qui était attendu, c’est-à-dire la revendication du passé africain, et ce qui est dit, à savoir son rejet. L’important n’est plus le décalage entre l’énoncé et son contenu, mais entre ce qui est dit et ce qui aurait dû l’être, au regard du contexte.

De plus, si le « nous » est représentatifdu peuple antillais sans aucune autre attache historique que celle de l’esclavage et de la colonisation, la raillerie qui meuble le texte par le vocabulaire péjoratif se nourrit d’éléments constitutifs d’un discours tissé de préjugés et de stéréotypes entretenus par l’énonciateur. Le locuteur feint donc d’assumer les valeurs négatives de ce point de vue, alors même qu’il les a rejetées plus haut : « Je refuse de me donner mes boursouflures comme d’authentiques gloires27. » Il n’assume pas la tournure négative de l’énoncé, mais exhibe le point de vue de l’énonciateur qu’il disqualifie. Dans une certaine mesure, cette négation participe à l’éloge du passé que le locuteur rappelle avec force détails. Pour Ducrot, l’ironie se manifeste dans le fait suivant : « […] je prends la responsabilité en tant que locuteur […], je la présente comme l’expression d’un point de vue absurde, absurdité dont l’énonciateur n’est pas moi28 […]. » L’analyse polyphonique de l’ironie, basée sur une contrevérité, est compatible avec l’idée que l’ironie est toujours dépréciative dans la mesure où le locuteur disqualifie, critique et blâme l’énonciateur en rejetant son point de vue. C’est dans la même veine oratoire que Césaire offre à lire une scène de tribunal imaginaire dont la pensée profonde est à construire.

Le mea culpade l’« insincérité pragmatique »

Par sa veine militante, le discours poétique de Césaire entretient en son sein les modalités oratoires de l’éloquence judiciaire. Lorsque le locuteur du Cahier déclare que « [sa] bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, [et sa] voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir29 », la mise en avant de cet èthos discursif de l’avocat des laissés-pour-compte des droits humains et des libertés publiques le conduit à épouser la cause de ceux aux côtés desquels il se bat, au point de se confondre avec eux dans leur situation d’oppressés. C’est face au désastre culturel et au traumatisme identitaire que le sujet parlant du texte césairien prend parfois la posture de l’accusé déféré devant la barre, et, par un détour ironique, feint d’avouer ses crimes, dans le but de mieux disqualifier l’énonciateur :

je déclare mes crimes et qu’il n’y a rien à dire pour
ma défense.
Danses. Idoles. Relaps. Moi aussi

J’ai assassiné Dieu de ma paresse de mes paroles de
mes gestes de mes chansons obscènes

J’ai porté des plumes de perroquet des dépouilles de
chat musqué
J’ai lassé la patience des missionnaires
insulté les bienfaiteurs de l’humanité.
Défié Tyr. Défié Sidon.
Adoré le Zambèze.
L’étendue de ma perversité me confond30!

Sur la scène de ce tribunal imaginaire, le locuteur énumère lui-même ses « crimes », plaide coupable et refuse de se défendre. Sa plaidoirie s’étoffe de mots et d’expressions qui relèvent des domaines de la culture et de la religion « indigènes », domaines manifestement mis en cause par l’accusation. Sont ainsi incriminés, les paroles, les faits, les gestes, les actes, les attitudes et comportements visiblement condamnés par le « Dieu » des « missionnaires ». L’acte d’accusation semble porté par un énonciateur qui discrédite le système des valeurs culturelles du locuteur, système évalué à l’aune du christianisme occidental. Le mea culpa de l’accusé se termine par une confession chargée de regrets et d’émotion : « L’étendue de ma perversité me confond ! »

Devant cette mise en scène discursive pathétique, bien des questions se posent : le locuteur s’attèle-t-il vraiment à reconnaître sa culpabilité au sujet des « crimes » culturels et religieux qui lui sont imputés, tout simplement parce que, de droit naturel et social, il est d’une culture et d’une religion qui ne font pas partie du paysage social et historique de l’accusation ? Peut-on prendre, sans réserve, les déclarations de l’accusé comme les aveux sincères d’un individu qui espère être acquitté pour avoir plaidé coupable ? Les expressions utilisées par l’accusé ne reçoivent-elles pas toutes leurs connotations négatives et péjoratives des préjugés et des stéréotypes véhiculés par l’idéologie coloniale et le discours stigmatisant de la religion qui l’accompagne ? Quoi qu’il en soit, le problème de la sincérité ou de l’insincérité, de même que celui de l’énoncé échoïque, et, donc, des voix en filigrane, sont posés, et soulèvent la question de l’hétérogénéité du phénomène complexe de l’ironie. La théorie de l’ironie comme mention permet de penser logiquement la dimension polyphonique du texte littéraire. Dans sa théorie de l’ironie envisagée comme stratégie énonciative polyphonique, Oswald Ducrot écrit :

Parler de façon ironique, cela revient, pour un locuteur L, à présenter l’énonciation comme exprimant la position d’un énonciateur E, position dont on sait par ailleurs que le locuteur L n’en prend pas la responsabilité et, bien plus, qu’il la tient pour absurde. […] La position absurde est directement exprimée (et non pas rapportée) dans l’énonciation ironique, et en même temps elle n’est pas mise à la charge de L, puisque celui-ci est responsable des seules paroles, les points de vue manifestés dans les paroles étant attribués à un autre personnage, E31.

L’inflexion polyphonique de l’ironie, selon Ducrot, ne consiste pas à rapporter les propos de l’énonciateur, mais son point de vue. Ainsi, lorsque le locuteur dit : « J’ai assassiné Dieu de ma paresse… J’ai lassé la patience des missionnaires »,le point de vue exprimé est celui de l’énonciateur « E », au travers du support verbal du locuteur « L ». Seulement, il convient de faire remarquer que, si l’énoncé du locuteur semble exclure les mots imputables à l’énonciateur, certains termes de cet énoncé font tout de même partie du champ sémantique des mots utilisés ailleurs, par un locuteur qui serait bien à la place de l’énonciateur du Cahier, en l’occurrence, le personnage de l’Administrateur dans Et les chiens se taisaient32, où les mots « repos », « tassement », « avachissement », font penser au terme « paresse » de l’extrait du Cahier. En effet, l’expropriation des Noirs de leurs terres se fait au nom de la vision occidentale du développement, et le propos de l’Administrateur s’adosse à la prétendue paresse congénitale des Noirs. Pour lui, Dieu ne saurait tolérer que des terres restent inexploitées à cause de l’immobilisme et de la paresse des Noirs :

Et de fait, est-ce que Dieu pouvait tolérer qu’au
milieu du remous de l’énergie universelle, se
prostrât cet énorme repos, ce tassement prodigieux,
si j’ose dire ce provoquant avachissement.
Oui nous l’avons prise33.

Les préjugés négatifs de l’énonciateur du Cahier sont distillés dans cette réplique. Si le préjugé est une « attitude rigide de supériorité, d’antipathie ou de rejet, par rapport aux hors-groupes, […] attitude dont la base doit être recherchée dans les représentations stéréotypées […] du groupe propre, lequel affirme l’infériorité ou la perversité inéluctable de ces hors-groupes34 », les propos du locuteur doivent être lus comme une reprise en écho du discours de rejet de l’énonciateur que le locuteur mentionne dans le sien35 ; mais il n’assume ni cette pensée, ni les termes et expressions employés dans son énoncé. L’extrait du Cahier cité plus haut semble en tout cas concilier plusieurs théories de l’ironie appréhendée comme effet discursif contextuel.

La clef du décryptage de l’énoncé ironique réside ici dans le fait de dissocier le locuteur du contenu littéral de l’énoncé explicite, pour trouver sa véritable valeur informative dans son contraire, sa structure profonde : la problématique de la dualité intérieure du Moi ironique est posée. Chez Césaire, l’acte ironique est une attitude énonciative que le locuteur adopte à l’égard d’un énonciateur dont il n’assume pas la responsabilité du contenu énonciatif. Il y a chez lui, une espèce de mise en scène des mots porteurs d’une pensée qu’il critique, ou d’une parole décalée dont il présente le ridicule. L’approche échoïque a le mérite d’inviter le lecteur à une attitude active consistant à construire une représentation de la signification ironique de l’énoncé. Prise comme un trope, l’ironie est un phénomène du discours dont les marques de subjectivation obligent le lecteur à reconstruire un arrière-plan au texte ; il s’agit d’une représentation du langage qui donne à entendre un esprit qui se subdivise en instances : celle qui dit une chose, et celle qui laisse entendre autre chose. On se retrouve donc face à l’hypothèse d’un dialogue intérieur, c’est-à-dire d’une représentation polyphonique de l’esprit dédoublé.

Le décodage du message et la compréhension du sens implicite des énoncés ironiques reposent principalement sur les connaissances que les interlocuteurs partagent à propos du monde, des normes, des attentes communes des gens, etc. Quand on inscrit les déclarations de l’accusé dans le contexte restreint du Cahier, et même dans le cadre global des écrits de Césaire, force est de constater que l’apologie des cultures des peuples précédant l’arrivée de l’impérialisme est un thème majeur du discours césairien. Ainsi, dans le Discours sur le colonialisme (1955), contemporain de la version de 1956 du Cahier36 (tout comme Et les chiens se taisaient37), Césaire déclare :

Je parle de millions d’hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la vie, à la danse, à la sagesse. […]
On me parle de civilisation, je parle de prolétarisation et de mystification.
Pour ma part, je fais l’apologie systématique des civilisations
para-européennes38.

Le fait est que, dans la foulée de la campagne colonialiste, les missionnaires occidentaux ont entrepris de détruire systématiquement les croyances et les us et coutumes des peuples autochtones, les forçant à abandonner leurs modes de vie qu’ils attribuaient au diable : « Et voici ceux qui ne se consolent point de n’être pas faits à la ressemblance de Dieu mais du diable39 » Que les auteurs de l’expropriation des Noirs et du déni de culture soient appelés « bienfaiteurs de l’humanité40 » par le locuteur du Cahier relève de l’ironie sarcastique. Prendre donc les déclarations du locuteur au premier degré serait une erreur d’interprétation. En fait, le discours du sujet parlant véhicule un sévère réquisitoire contre le colonialisme et tous ses avatars responsables de la destruction des cultures locales. Cette stratégie locutoire renvoie à l’idée que les énoncés ironiques sont caractérisés par une insincérité de la part du locuteur qui transgresse délibérément la condition de sincérité requise par le dialogue. Il semble que le concept d’« insincérité pragmatique » est plus propice à décrire l’ironie que le simple principe de négation du sens littéral. Dès lors, pour juger de l’ironie d’une phrase, il ne faut plus tant s’intéresser à son caractère vrai ou faux, au regard du contexte, qu’à son caractère sincère ou insincère. L’insincérité pragmatique distingue efficacement l’ironie des métaphores ou des demandes indirectes qui sont jugées sincères.

En conclusion, l’ironie à l’œuvre dans le discours poétique du Cahier d’un retour au pays natal est fortement ancrée dans la situation d’énonciation dont l’analyse et l’interprétation nécessitent une certaine connaissance de l’objet du message, généralement adossé à un arrière-plan pragmatique. C’est la connaissance de cet arrière-plan qui donne au lecteur la capacité de décoder le véritable message du locuteur, au-delà du contenu explicite du sens littéral de l’énoncé. En général, c’est le regard méprisant posé sur les Noirs, dans le contexte de l’esclavage et de la colonisation, qui est dénoncé au moyen d’une ironie verbale et situationnelle. Par ailleurs, les lectures très variées du poète martiniquais participent d’un intertexte qui requiert une certaine « compétence interculturelle » pour la mise en lumière de l’acte ironique dans lequel la prise en compte d’une communauté discursive ayant en partage les mêmes éléments linguistiques et culturels pour la construction du sens profond souhaité par l’auteur est nécessaire au décryptage des énoncés ironiques. Même dans le cas où la scène du discours est constituée d’objets dont la cohabitation est jugée incongrue, l’identification de l’ironie implique toujours la reconnaissance d’un décalage entre deux réalités opposées l’une à l’autre. La particularité chez l’auteur du Cahier d’un retour au pays natal est que l’acte ironique peut parfois mettre en scène le locuteur lui-même, par autodérision, mais toujours dans l’objectif de critiquer l’énonciateur. Au final, le principal intérêt de l’approche descriptive du discours ironique dans le discours poétique d’Aimé Césaire se trouve dans le fait de voir que la conjugaison des éléments discursifs de la parole du détour langagier s’opère en vue d’atténuer la violence du propos, en même temps qu’elle amplifie l’intensité de la critique, dans le laborieux processus de libération intérieure du sujet parlant.

Bibliographie

  • ARISTOTE, Rhétorique, (Présentation et traduction par Pierre Chiron), Flammarion, 2007.
  • BERRENDONNER, Alain, Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1981.
  • CÉSAIRE, Aimé, Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Présence Africaine, 1983.
  • ———————, Discours sur le colonialisme, Paris, Présence Africaine, 1989.
  • ———————, Et les chiens se taisaient, Paris, Présence Africaine, 1956.
  • ———————, Lettre à Maurice Thorez, Paris, Présence Africaine, 1956.
  • CHARAUDEAU, Patrick, et Dominique MAINGUENEAU [dir.], Dictionnaire d’Analyse du Discours, Paris, Édition du Seuil, 2002.
  • DELAS, Daniel, Aimé Césaire, Paris, Hachette, 1991.
  • DUCROT, Oswald, Le dire et le dit, Paris, Éditions de Minuit, 1984.
  • FONTANIER, Pierre, Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1968.
  • GUISARD, Philippe et Christelle LAIZE [dir.], L’art de la parole, pratiques et pouvoirs du discours, Paris, « Ellipses », Édition Marketing, 2009.
  • HACHETTE, Le Dictionnaire de notre temps, Paris, 1992.
  • HAMON, Philippe, L’Ironie littéraire. Essai sur les formes de l’écriture oblique, Paris, Hachette Supérieur, 1996.
  • KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1980.
  • MAINGUENEAU, Dominique, Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Nathan, « Lettres sup. », 2001.
  • MOLINIÉ, Georges, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Le livre de Poche, 1997.
  • NGAL, M. a M., Aimé Césaire, un homme à la recherche d’une patrie, Dakar/Abidjan, Les Nouvelles Éditions Africaines, 1975.
  • NGOUÉ, Joseph, La croix du sud, Bar le Duc,Éditions Saint-Paul, 1984.
  • PERRIN, Laurent, L’Ironie mise en trope. Du sens des énoncés hyperboliques et ironiques, Paris, Kimé, 1996.
  • SPERBER, Dan et Deirdre WILSON, « Les ironies comme mentions », Poétique, n° 36, novembre 1978.

Notes de bas de page

  1. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,Paris, Présence Africaine, 1983. Le titre du poème sera désormaisindiqué par le seul premier mot : Cahier.
  2. Dan Sperber et DeirdreWilson, « Les ironies comme mentions », Poétique,n° 36, novembre 1978, p. 402.
  3. Alain Berrendonner,Éléments depragmatique linguistique,Paris, Minuit, 1981, p.216.
  4. Oswald Ducrot, Ledire et le dit,Paris, Minuit, 1984, p. 211.
  5. Le début du poème lemontre bien : « Va-t’en, lui disais-je, gueule de flic,gueule de vache, va-t’en je déteste les larbins de l’ordre etles hannetons de l’espérance. Va-t’en mauvais gris-gris,punaise de moinillon. » (p. 7.)
  6. Césaire n’a jamais dissocié parole poétique et engagement politique ; il futdéputé de la Martinique de 1945 à 1993, conseiller municipal duPCF, puis maire de Fort-de-France de 1945 à 2001.
  7. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit.,p. 19.
  8. Ibid.,p. 18.
  9. Ibid.,p. 19.
  10. Ibid.,p. 18-19.
  11. Dans son essai surCésaire, Daniel Delas écrit, à propos de la politique colonialefrançaise dans les îles : « À l’époque où naîtCésaire, on parle, dans la prose officielle, d’empire colonialfrançais, expression commode qui connote les rêves de grandeur dela puissance coloniale et implique que les habitants dudit empire nesont pas des citoyens mais des sujets auxquels on propose la culturefrançaise, sans alternative, comme le modèle de la civilisation.Modèle prestigieux, hérité de l’humanisme critique du XVIIIèmesiècle qui justifie l’absence de droits politiques des sujets parleur retard culturel, mais leur laisse espérer “un jourˮ un sortmeilleur. » (Daniel Delas, AiméCésaire, Paris,Hachette, 1991, p. 7.)
  12. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit.,p. 38.
  13. Aimé Césaire, Lettreà Maurice Thorez,Paris, Présence Africaine, 1956, p. 10.
  14. Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal,op. cit.,p. 43.
  15. Voir à ce sujet PhilippeHamon, L’ironielittéraire. Essai sur les formes de l’écriture oblique,Paris, Hachette Supérieur, 1996, ou LaurentPerrin, L’ironiemise en trope. Du sens des énoncés hyperboliques et ironiques,Paris, Kimé, 1996.
  16. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit.,p. 24-25.
  17. Ibid.,p. 40.
  18. L’expression est duNotaire, personnage de la pièce de théâtre de Joseph Ngoué, Lacroix du sud, Bar leDuc, Éditions Saint-Paul, 1984, Acte III, scène IV, p. 51. Lesparoles de Césaire véhiculent la même pensée : « […]ce pays cria […] que nous sommes un fumier ambulant hideusementprometteur de cannes tendres […] » (Cahierd’un retour au pays natal,p. 38.)
  19. Aimé Césaire,Cahier d’un retourau pays natalop.cit., p. 38.
  20. Id.
  21. Georges Molinié,Dictionnaire derhétorique, Paris,Le livre de Poche, 1997, p. 180.
  22. Si un record est un exploit ou un fait surpassant tout ce qui avaitété réalisé avant, ou jamais atteint, le domaine de ce recordest très loin d’être louable.
  23. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit.,p. 58.
  24. Dictionnaire Hachette,Paris, Hachette, 1992, p. 1115.
  25. Cf.Sachi Kumon-Nakamura, Sam Glucksberg et Mary Brown, « Howabout another piece of pie: The allusional pretense theory ofdiscourse irony. ». Journalof Experimental Psychology : General,vol. 124 (1), 1995.
  26. Dictionnaire Hachette,op. cit.,p. 1109.
  27. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit.,p. 35.
  28. Oswald Ducrot,Le dire et le dit,op. cit.,p. 211.
  29. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit., p. 22.
  30. Ibid.,p. 29.
  31. Oswald Ducrot, Ledire et le dit,op. cit.,p. 211.
  32. Aimé Césaire, Etles chiens se taisaient,Paris, Présence Africaine, 1956, p. 10.
  33. Id.,p. 10.
  34. Chapour Rasseckh, Citépar M. a M. NGAL, AiméCésaire, un homme à la recherche d’une patrie,Dakar, Abidjan, Les Nouvelles Éditions Africaines, 1975,p. 77.
  35. Par la « mention »de l’énoncé antérieur, l’ironie césairienne se place dansl’optique des théories échoïques de Sperber et Wilson (Cf. DanSperber et Deirdre Wilson,« Ressemblance et communication », in Daniel Andler(ed.) Introduction auxsciences cognitives,Paris, Gallimard, coll. Folio, 1992, p. 232.) qui font de l’ironieun énoncé spécifique de l’écho fait à la parole d’un tiers,en reprenant cette parole. Ces théories reposent sur unedissociation énonciative : le locuteur fait écho à la paroled’un énonciateur, en la reprenant, en général pour la moquer,la critiquer, tout en feignant de l’accepter ; il s’endissocie en l’imputant à tort ou à raison à la cible dont il sedistancie au moment de l’énonciation ironique.
  36. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit,1983.
  37. Aimé Césaire, Etles chiens se taisaient,op. cit.,1956.
  38. Aimé Césaire, Discourssur le colonialisme,Paris, Présence Africaine, 1989, p. 20-21.
  39. Aimé Césaire, Cahierd’un retour au pays natal,op. cit.,p. 58.
  40. Ibid.,p. 29.

Littératures francophones et ironie

Revue Chameaux — n° 9 — automne 2016

Dossier

  1. Présentation du dossier

  2. Intra-intertextualité ironique et éthique de la responsabilité chez Ken Bugul

  3. L’ironie pour se dire dans la littérature migrante québécoise

  4. L’efficacité rhétorico-pragmatique du discours ironique dans le « cahier d’un retour au pays natal » d’Aimé Césaire

  5. La littérature francophone du Machrek : idéologie et idéal. Entretien avec Katia Haddad

  6. Les modalités et les valeurs de l’ironie littéraire. Entretien avec Philippe Hamon

  7. « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer », roman ironique?